(Agence Ecofin) – Afin de réduire l’instabilité qui caractérise depuis plus d’un an les cours mondiaux du cacao, le Ghana et la Côte d’Ivoire mettront en place un stock régulateur. C’est ce qu’a indiqué à Reuters, Narcisse Sepy Yessoh, directeur de Cabinet du Ministère du Commerce.

« Nous nous sommes accordés sur la nécessité d’avoir des centres d’entreposage spécialisés qui nous permettent de stocker le cacao afin de réguler l’approvisionnement et faire grimper les prix.», déclare le responsable qui précise que la Côte d’Ivoire installera pour sa part, 6 dispositifs d’une capacité globale de 250 000 tonnes de fèves.

En outre, indique M. Yessoh, les deux pays ont déposé depuis mai dernier une demande de prêt de 1,2 milliard $ auprès de la BAD pour le financement des infrastructures, et espèrent avoir un retour favorable au terme de cette année afin de démarrer les opérations de stockage en 2018/2019.

Pour rappel, l’intervention d’un stock régulateur avait été prévue par le premier Accord international sur le cacao conclu et entré en vigueur en 1973 pour stabiliser les cours mondiaux dans une fourchette définie par des prix plancher et plafond.

Ce dispositif qui n’a pas pu fonctionner durant la période d’application de l’Accord (1973-1976) et durant celle du second (1976-1980), en raison du niveau des cours respectivement supérieur et inférieur à leur valeur préétablie, a été finalement abandonné dans le cadre du cinquième Accord entré en vigueur en février 1994.

D’après les récentes prévisions de l’Icco, la surproduction des deux premiers fournisseurs conduira à une hausse de 18,1% de la récolte mondiale (4,7 millions de tonnes), et à un surplus de 371 000 tonnes de cacao en 2016/2017

Source: connectionivoirienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here