October 27,2017
Des responsables d’administrations publiques, parapubliques et privées ont été imprégnés aux défis de cette règle hier à Yaoundé.«La chèvre broute là où elle est attachée ». « Le chef et la hiérarchie sont sacrés ». « Le travail du Blanc ne finit jamais ». Ce sont des échantillons de ce qui se passe dans les entreprises au Cameroun. Ces paradigmes doivent être brisés. A cet effet, des responsables d’administrations publiques, parapubliques et privées sont réunis depuis hier à Yaoundé.Une initiative de l’agence des normes et de la qualité (Anor) pour informer ce public sur les contours de la norme internationale ISO 37001, applicable aux systèmes de management anti-corruption. Le prétexte, c’est un environnement dans lequel le phénomène persiste.

Dans son indice de perception de la corruption en 2017 par exemple, Transparency International classait le Cameroun à la 145e place sur 176, alors qu’en 2016, le pays occupait la 130e place. Une tendance à inverser, à en croire Charles Booto à Ngon, directeur général de l’Anor.

Pour lui, l’objectif de ce séminaire était de procurer les outils et les méthodes permettant de mettre en place le système de management anti-corruption ISO 37001 dans ces administrations. Publiée en octobre 2016, cette norme définit les exigences et fournit des préconisations pour établir, mettre en oeuvre et améliorer un programme de conformité anti-corruption.

Cette cérémonie était présidée par Dieudonné Massi Gams, président de la Commission nationale anti-corruption (Conac). Selon lui, les structures doivent relever ce défi sur le plan managérial. « En fonction de ce qu’ils [les participants] feront ici, ils seront appréciés pour bénéficier de certains avantages.

Et si cela n’est pas concret sur le terrain et que les populations n’en bénéficient pas, il y aura une disqualification », en a-t-il conclu. Ce séminaire donne la possibilité aux administrations de se démarquer et d’aboutir à terme, à la certification ISO 37001

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here