Lu pour vous

CONTAGION MICROBIENNE

J’ai lu, avec ahurissement, sur le mur d’Auguste Plegnon que « ceux qui ont agressé Marcel Gossio (aux cérémonies funèbres de Déhé Gnahou) étaient des jeunes Wê qui lui reprochent d’être l’allié objectif d’Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, leur victimaire ».

Et je tombe des nues comme si à des funérailles, chacun, soupçonné maintenant de terrorisme, devait passer par des grilles de sécurité et montrer patte blanche.

Ces jeunes présumés Wê sont à l’image des Microbes, ces délinquants ivoiriens qui sévissent particulièrement à Abidjan. Ils sont gravement en conflit avec nos Us et Coutumes.

Car, c’est à l’occasion des funérailles à l’Ouest en particulier que les palabres les plus inextricables trouvent solution. Chaque protagoniste met alors et volontairement de l’eau dans son vin, consent des sacrifices ou des concessions pour fumer le calumet de la paix à l’effet d’honorer la mémoire du défunt.

Mais nous sommes désormais des « Peaux noires masques blancs ». Sourds et aveugles à ce qui faisait la richesse unique et irremplaçable de notre belle civilisation, nous sommes habités par de vilains sentiments dont le moteur est l’intolérance.

Et à ce jeu nauséabond qui gangrène le FPI, l’ex-député Déhé Gnahou (comme bien d’autres défunts avant lui), dans son dernier voyage, n’aura pas eu droit à ce piquet d’honneur à la cérémonie d’hommage qui lui était consacrée le samedi 4 novembre 2017 à Yopougon

Source: .connectionivoirienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here