Politique par connectionivoirienne.net

L’Union des étudiants socialistes (Ues). C’est le nom d’un mouvement politique qui a été porté sur les fonts baptismaux mardi à Cocody dans la salle de conférence de la librairie carrefour. A l’issue de l’Assemblée générale constitutive, l’étudiant en lettres modernes Cissé Souleymane a été plébiscité par les membres pour présider aux destinées de la nouvelle-née des organisations estudiantines.

Celui-ci a aussitôt affiché ses ambitions en déclinant clairement les objectifs politiques de son organisation. « Les défis qui nous attendent sont énormes. L’éducation des masses, étape très importante du changement progressiste tant souhaité ne saurait tarder, vu l’attente du peuple ivoirien. Ensemble, nous allons rendre le paysage politique plus humaniste pour un peuple uni », a dit le président de l’Ues. En clair ce nouveau mouvement politique se donne pour mission d’éduquer les masses qui souffrent par manque de connaissance. Une étape pré-révolutionnaire car in fine, l’objectif est d’aboutir à une révolution nationale pour changer la donne politique.

Aussi les participants ont-ils été instruits sur le thème « Le socialisme dans une période de crise révolutionnaire: le cas de la Côte d’Ivoire ». Cette conférence a été dite par innocent Gnelbin, historien et président de « Initiative ivoirienne pour la démocratie et le développement (2Idé) ». Celui-ci a accusé Alassane Ouattara d’être le porte-voix de la françafrique après la chute de Compaoré pour sa posture à défendre les intérêts français mieux que ceux des Ivoiriens. Pour Innocent Gnelbin la situation actuelle du pays est favorable à une révolution socialiste. « La Côte d’Ivoire est tenue par un taux d’endettement massif et par un taux de pression fiscale. Cela ne crée pas des richesses (…) Avec une constitution confligène, la Côte d’Ivoire est un pays anormal qui prend des mesures anormales. Le système de santé est précaire, l’université est en panne. Voilà les conditions dans lesquelles nous sommes plongés (…) Il y a une crise au sommet. Les institutions s’affaissent. Il y a un malaise profond où chaque camp s’évertue à affaiblir l’autre dans la perspective de 2020 », relève-t-il avant d’inviter les étudiants à une conscience révolutionnaire. Des mouvements ont apporté leur soutien à l’Ues. Entre autres, le Cri du Peuple de Séri Hérode qui, ces derniers temps est très actif sur le terrain de l’action humanitaire

Source: connectionivoirienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here