Mali: deux notables tués dans le nord-est du pays

0
67

Bamako – Deux notables ont été tués samedi à Kidal, dans le nord-est du Mali, a-t-on appris de source sécuritaire et auprès d’un membre de leur entourage, au moment où le président malien réaffirmait que la “sécurisation” du pays était la priorité de son second mandat.

Mohamed Ag Eljamet et Saida Ould Cheik Cheick “ont été tués par deux hommes armés circulant à moto”, a déclaré à l’AFP un neveu du premier.

Les deux hommes, amis, étaient des “chefs de fractions”, regroupements familiaux typiques de ces régions nomades du nord du pays, selon la même source.

“L’assassinat s’est déroulé dans le quartier Aliou de Kidal”, situé dans le sud de cette ville toujours sous le contrôle des combattants de la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion), a précisé une source sécuritaire étrangère sur place.

Les assaillant seraient des “terroristes en mission”, a estimé un élu de la région s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta a affirmé samedi à Bamako que sa priorité restait la “sécurisation” du Mali, à l’occasion du 58e anniversaire de l’indépendance du pays, toujours confronté à la menace jihadiste, et du début de son second mandat.

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, en grande partie chassés ou dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Malgré un accord de paix signé à Alger en 2015 avec l’ex-rébellion à dominante touareg, les violences jihadistes se sont étendues du nord vers le centre et le sud du Mali et vers le Burkina Faso et le Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits ethniques.

sd/siu/jh

AFP