LA FOI DANS LES MOLLETS : En trois chiffres : 47, 130 et 155

0
37

Ils étaient au moins 155 jeunes et moins jeunes à se lancer vers Kita à pied, du lundi 12 au jeudi 15 novembre 2018, comme Jésus et ses parents, quand le Christ avait 12 ans. Afin de participer au 47èmepèlerinage national catholique à Kita tenu les 17 et 18 novembre. Ils sont venus d’un peu partout mais essentiellement de Bamako et de Kati.

Le challenge consistait à rallier la capitale de l’arachide à pied, en parcourant pas moins de 150 km. Et les jeunes ont réussi leur pari puisque le jeudi matin, ils furent accueillis par l’évêque de Kayes, Monseigneur Jonas Dakouo lui-même avec la chorale diocésaine, une partie de la population et d’autres responsables religieux chrétiens dans une ambiance festive et chaleureuse. Kita avait d’ailleurs mobilisé les jeunes scolaires afin de balayer toutes les rues et l’artère principale de cette ville historique à plus d’un titre.

La frange juvénile constituait d’ailleurs le point focal de ce 47ème pèlerinage de Kita aux pieds de la Mère de Jésus afin qu’elle intercède pour tous les Maliens, leurs partenaires et amis, résidents et passants, auprès de son Fils, pour le Mali et pour les amis et partenaires, les jeunes en particulier. Ce qui fut fait du samedi au dimanche, en présence de Son Eminence le Cardinal Parolin, du Cardinal Jean Zerbo, de deux ministres maliens et d’autres personnalités religieuses et politiques.

Les marcheurs sont retournés le dimanche soir avec la plupart des autres pèlerins. Tous édifiés par différentes interventions lors de cet anniversaire des 130 ans d’évangélisation au Mali, ex-Soudan français (1888 – 2018). Signalons que chaque année, un thème est traité par un diocèse sous différents angles et le thème de l’année en cours s’intitule : Quels jeunes pour l’Eglise catholique et le Mali ?

 

D’un ministre à un autre

L’humilité personnifiée

L’émotion monta d’un cran lors de l’intervention de Me Jean Claude Sidibé, ministre des Sports. Il révéla que le Cardinal Jean Zerbo se présenta un jour au Stade du 26 Mars, à la salle des spectacles, cherchant une place dans les rangs afin de se procurer un billet. Grand sportif devant l’Eternel, monsieur le ministre, informé de sa présence, fit le nécessaire afin de remettre le ministre de Dieu dans ses droits, dus à son rang de…ministre. L’homme de Dieu, par ailleurs grand fair-play, se présentait afin d’extirper la violence de l’arène sportive. Une autre fois, il fallut toute la diplomatie et la science du juriste afin de le retirer de la tribune où le Cardinal s’était glissé dans l’anonymat et le tohu-bohu général. L’homme de Dieu n’était pas à son dernier coup. Sacré…Jean Zerbo ! Plus humble que cet homme, tu es subito Santo !

L’ex-P.M aussi 

Moussa Mara était également présent à Kita. Pour rien au monde, « l’Enfant noir » de Kita n’aurait raté ce rendez-vous du 130ème anniversaire de l’arrivée de la Bonne Nouvelle dans le futur pays des Prosper Kamara, Luc Auguste Sangaré, Joseph Mara, entre autres. Véritable colosse, la mine austère, la barbe bien soignée, la coupe sur mesure en ce 18 novembre, bien endimanché. Moussa Mara en imposait parmi les personnalités politiques présentes dans le sanctuaire mariale de Kita en ce dimanche, 2ème et dernier jour du 47ème pèlerinage national. Tant il est vrai qu’un anniversaire se fête en famille. Puisque l’Eglise demeure la famille de Dieu, alors à Kita, cela s’appelle faire d’une pierre deux coups : bon pèlerinage et joyeux anniversaire !

Rassemblés par Jeannot LOISEAUD

 Le Challenger

Source: bamada.net