Burkina Faso, frontières avec le Mali et le Niger: Sur les traces des djihadistes.

0
34

Infiltration, reportage. Nous avons séjourné dans la zone infestée par les djihadistes. Dans ce premier volet, comment nous y sommes arrivé. Suspense et anecdotes.

Burkina Faso, frontières avec le Mali et le Niger: Sur les traces des djihadistes

Aéroport international de Ouagadougou, mercredi 30 janvier. nous devons remplir une fiche de renseignements assez kilométrique. Décliner l’identité, donner l’objet du séjour, indiquer le lieu de résidence, etc. Nous renseignons la fiche mais assez vaguement. Ce qui n’est pas du goût du policier. -Votre reportage porte sur quoi ? -Le djihadisme -Le terrorisme ou le djihadisme ? J’hésite un peu, j’ai bien envie de lui demander la nuance mais je choisis de remettre à plus tard la perception que les burkinabè ont des deux notions.

Chacun se méfie de chacun

(…) Un reportage en zone dangereuse a ses petits secrets. Tout comme une incursion ou immersion dans un monde mafieux a ses méthodes, ses astuces. A Djibo, rien de tout le chapelet (dont je dispose) de techniques de pénétration en zone de conflit n’a été productif. Seule la providence m’a permis d’entrer dans la zone interdite. La principale raison est que tout le monde a peur dans le sahel. « Chacun se méfie de chacun. Même à ma copine qui m’a dit de t’aider, quand j’apprends quelque chose, je ne lui dis pas ». Le jeune qui  m’a logé a beau être serviable, il a refusé de me donner un tuyau pour aller dans les villages conquis par les djihadistes.

(…) “ Si tu reviens ici, il faut commander une bière et si une fille te drague, il faut faire semblant d’accepter. Sinon on va croire que tu ressembles aux djihadistes qui, eux, détestent l’alcool et les femmes non voilées. ” (…) “ Ne pas prendre de l’alcool m’a exposé et fumer m’a sauvé la vie. A qui je peux expliquer cela ? L’aventure a ses leçons.”

Lire la Première partie du récit de notre envoyé spécial Bledson Mathieu dans le Nord-Est du Burkina Faso dans Fraternité Matin de ce mercredi 13 février 2018.

Source: bamada.net