Côte-d’Ivoire: Des jeunes du PDCI prient pour la purification de la résidence de Bédié (RECIT)

0
34

Edwige FIENDE

Une bougie allumée à la main, des jeunes du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition) se sont rassemblés mercredi pour demander à Dieu de purifier la résidence abidjanaise du président de la formation Henri Konan Bédié, « profanée » la veille par un groupe de jeunes se réclamant du parti présidentiel.

Rassemblés devant la résidence de leur président, ils élevaient leurs bougies vers le ciel, en chantant et priant avant de poser les sièges allumés à même le sol, persuadés que le sang de Jésus est « plus fort que celui des animaux ».

Cette prière œcuménique est censée purifier « ce lieu « profané avec du sang » mardi soir par des jeunes se réclamant de la région de l’Iffou, au Centre-est de la Côte d’Ivoire d’où est originaire Henri Konan Bédié

La veille, ces manifestants avaient protesté contre les récents propos du président du PDCI sur les étrangers et déversé devant sa résidence un liquide présenté comme du sang.

« Ce soir nous sommes venus ici pour prier le bon Dieu, l’implorer afin qu’il vienne purifier ces lieux et bénir son fils Bédié », lançait le président de la jeunesse urbaine du PDCI Valentin Kouassi, face à la presse, à la fin de la manifestation.

« Le moment que nous vivons est le prolongement de la rébellion », a ajouté M.Kouassi, qui a qualifié de « diabolique » la manifestation de mardi.

Après la prière d’une vingtaine de minutes en présence d’une centaine de jeunes, ces militants du PDCI entonnèrent avec vigueur l’hymne du PDCI suivi de l’hymne national avant de scander « Bédié Bédié ».

Le parti a enchaîné les déclarations mercredi pour dénoncer les actes « synonymes de sorcellerie et de fétichisme », posés mardi devant la résidence de M. Bédié.

Dans une déclaration lue par la porte-parole Aminata N’Diaye au siège du parti après la cérémonie de purification, le PDCI s’est réservé « le droit de donner une suite judiciaire à cette violation de domicile » de son président.

Quelques heures plus tôt, le cabinet d’Henri Konan Bédié avait condamné les propos tenus et les actes posés par les manifestants devant la résidence du président du PDCI, déplorant « l’inaction du gouvernement et des autorités chargées de la sécurité ».

Les jeunes de l’Iffou avaient en effet demandé à M.Bedié d’arrêter d’être « xénophobe (et) tribaliste ».

Devant des délégués de son parti qu’il recevait le 06 juin dans sa résidence de Daoukro, Henri Konan Bédié avait dénoncé l’orpaillage clandestin et une fraude présumée sur l’identité.

Alors que le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti présidentiel) qualifie les propos de M. Bédié d’ »appel à la haine », après une condamnation de la déclaration par le gouvernement, le PDCI dénonce « un mauvais procès fait à » son président.

EFI

Source: connectionivoirienne