Portrait complet de Marcel Amon-Tanoh, homme des missions difficiles de Ouattara

0
20

Sa face cachée révélée

Dans sa dernière livraison, l’hebdomadaire international ‘’Jeune Afrique (J.A)’’ a dressé un portrait grandeur nature de Marcel Amon Tanoh, un des hommes de confiance du président Alassane Ouattara. Mais pas que.

Le célèbre tabloïd a percé à jour une dimension jusque-là cachée de cet homme aussi discret qu’énigmatique à qui on ne connait quasiment aucune ‘’histoire’’. Personnage sobre et contenu sous ses rapports, Marcel Amon-Tanoh, ministre des Affaires Etrangères de Côte d’Ivoire est livré sous de multiples facettes : ses origines, sa jeunesse au sein de l’establishment des années suivant les indépendances, ses rêves de « Rock-star », son parcours professionnel, son lien particulier avec le premier président de la république, Félix Houphouët-Boigny figures tutélaires ou repère de toute la classe politique ivoirienne.
On y apprend plus sur ses valeurs, la confiance, la loyauté, la franchise, le travail, la rigueur. On y découvre surtout sa dimension d’homme de liens, celui des missions pas toujours aisées dans le dédale des rapports politiques complexes des « frères protagonistes éburnéens» au fil des longues crises passées dont le pays tarde à cicatriser les douloureuses blessures.

Homme des missions difficiles…

Happy few du régime Ouattara, il n’en garde pas moins de bons rapports avec l’ancien président Laurent Gbagbo qu’il a connu à l’Université comme professeur. Tout comme, il a eu, pendant longtemps, l’oreille du président du PDCI-RDA Henri Konan Bédié, qui a rompu les amarres, depuis le 08 août 2018, avec le RHDP. Perçu par une certaine opinion tel un homme ‘’intransigeant’’, ‘’dur’’, ‘’cassant’’ voire ‘’méprisant’’, Marcel Amon-Tanoh, homme-clé du système Ouattara apparait aussi avec profondeur, un visage plus humain, une trajectoire plus ancrée.

A la présidence de la République où il occupait le poste stratégique de Directeur de cabinet, il avait réussi à imposer sa rigueur et son sérieux. ‘’Il avait imposé le silence dans les couloirs et les costumes pour les travailleurs et les visiteurs’’, se rappelle un collaborateur. Mais, il se distingue surtout par son franc-parler si peu ‘’conventionnel’’.

‘’Lorsqu’il a quelque chose à dire, il n’y va pas par quatre chemins’’, rapporte le journal. Plus craint qu’aimé, Marcel Amon-Tanoh n’a pas toujours que des amis au sein de son propre parti où on apprécie modérément, pour ne pas dire plus, son indépendance. J.A rappelle qu’il a connu le président Alassane Ouattara au moment où naissait le RDR (en 1994) et depuis, les chemins des deux hommes ne se sont plus séparés. Ce qui a créé des liens quasi-insolubles entre eux.
Tombé dans la politique comme on rentre dans les ordres, le ministre des Affaires Etrangères est un ‘’modèle atypique’’ : il a blanchi sous le harnais.

Avec Ahmed Bakayoko et Amadou Gon, Marcel Amon Tanoh forme le 1er cercle de fidèles du Président Ouattara à l’ouvrage, au sommet de la République et de l’Etat. Un portrait-découverte qui éclaire davantage sur un homme resté jusque-là loin des projecteurs mais qui conserve tout entier, le secret sur ses projets que l’hebdomadaire semble lui prêter sur le moyen terme. Un autre mystère !

CI avec JA

Source: connectionivoirienne