Bruno Koné n’est pas content des logements sociaux en Côte-d’Ivoire

0
25

Privilégier les personnes les moins nantis, permettre aux populations des quartiers précaires (où vivent près d’un million de personnes) de vivre dans un cadre de vie sain et agréable, qui contribue à l’épanouissement. C’est l’objectif du gouvernement, à travers les logements sociaux, dont les bases ont été malheureusement faussées, selon le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Nabagné Koné. Il a déploré cet état de fait à la faveur de la 7e édition du Salon de l’Architecture et du Bâtiment (Archibat), qu’il a présidée le mardi 1er octobre 2019, au parc d’exposition, à Abidjan-Port Bouet.

« Il nous faut revenir aux fondamentaux du programme de logements sociaux. Il faut prioriser les personnes les moins nanties. Nous nous battrons pour réaliser ce programme», a soutenu le ministre. Pour lui, si des rencontres sur la problématique de l’habitat, de l’urbanisation et de l’aménagement sont régulièrement organisées, c’est parce que « nous n’avons pas été efficaces. Il va falloir sortir de notre confort pour réfléchir à d’autres voies plus efficaces».

A l’en croire, le prix des logements varient entre 12 millions Fcfa ( habitat social) et 23 millions Fcfa( logements économiques et de standing) et il est impossible pour un grand nombre de la population d’accéder à ce type de logement, qui est pourtant le moins cher.

Réaliser 150.000 logements à l’horizon 2020, puis combler par la suite les besoins de 500.000 logements, Bruno Koné, comme son collaborateur Célestin Koala, veut faire en sorte que l’immobilier participe encore plus à l’accroissement de l’économie. La part dans le Pib est actuellement estimée à 6% en 2017 contre 3% en 2012. Mais face à une population de près de 60% ayant un revenu de moins de 150.000 et un secteur informel qui regorge de bon nombre de citoyen désirant acquérir une maison agréable, « l’Etat ne pourra pas financer jusqu’à 30 à 40 %», clame le ministre de la Construction, du logement et de l’Urbanisme. Qui invite, par ailleurs, à trouver des voies « plus originales » pour permettre aux populations des quartiers précaires d’avoir un toit décent. Le recours aux bailleurs de fonds, aux systèmes financiers décentralisés et l’expérimentation de la parafiscalité qui a réussi avec les matériaux de construction, semblent être pour lui des solutions à résolution de la problématique du logement.

Il faut dire que l’innovation a toujours été au cour de l’habitat. Alors, pour l’édition 2019 du salon l’Architecture et du Bâtiment (Archibat ), Ismael Boga N’guessan, commissaire général du Salon de l’Architecture et du Bâtiment (Archibat 2019), annonce que des innovations, l’expertise et la qualité des acteurs et des produits et services seront présentées. « Ce salon est une meilleure plateforme pour décrypter les nouvelles tendances de construction, et les nouvelles opportunités en termes de promotion immobilière», dira-t-il.

Pour cette édition 2019, qui accueille déjà près de 300 exposants et attends plus 30 000 visiteurs, il est prévu des conférences, panels, débats, et des rencontres B to B.

Issouf Kamagaté
Lebanco.net

Source: connectionivoirienne