DA NA AMBASSAGOU-AMADOU KOUFFA : Le pont pourrait s’établir

0
27

Dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux Amadou Kouffa n’exclut pas les possibilités de négociations avec le groupe d’autodéfense Dogon.

Kouffa a diffusé un message qui circule sur les réseaux sociaux et dans lequel il évoque clairement la possibilité d’un probable accord de cessez-le-feu entre son groupe et celui du mouvement d’autodéfense Da Na Ambassagou.

Dans son message et comme nous l’avions précédemment écrit dans une de nos parutions, le chef jihadiste avait eu des rencontres très poussées avec le président de Faso Dambé Ton Adama Coulibaly et un membre de l’Association des griots peuls jusque chez Kouffa. Et nous annoncions que Faso Dambé Ton aurait eu une oreille attentive après une réception honorifique.

Et aujourd’hui voilà que Kouffa sort et évoque pour une fois le possible cessez-le-feu entre la Katiba qu’il dirige et la milice Dogon. Sans langue de bois le jihadiste peul met en garde le groupe Da Na Ambassagou. « Les chasseurs dogons doivent impérativement cesser d’attaquer la communauté peule ». Le groupe d’autodéfense a aussi évoqué les négociations conduites par l’association Faso Dambé Ton et son président.

L’on se rappelle encore de nombreuses exactions qui avaient secouées le centre avec son lot de malheurs. Cette sortie de Kouffa mettra-t-elle fin aux tueries quand on sait que les membres des groupes d’autodéfense exhibent sur les réseaux un crâne et un cœur humain bien rôti et pour quelle fin ? C’est aussi déplorable la situation que vivent les populations et principalement les peulhs sur le jackpot et l’accès au marché.

La cessation d’hostilité annoncée par le jihadiste peule Kouffa dans une vidéo est totalement à en croire certaines sources par la branche armée du mouvement d’autodéfense Dan Ambassagou. Les propositions de Kouffa ne semblent pas passer par le gosier du chef d’Etat-major du mouvement. « Je ne combattrai jamais les forces armées maliennes » serait la réponse de l’aile militaire du mouvement.

Les négociations devraient se poursuivre pour un apaisement dans la région de Mopti qui aspire aujourd’hui à une paix. Pour un Mali de paix les négociations avec Iyad et Kouffa s’imposent et surtout quand on sait que ceux sont eux qui ont en mis en échec le processus de paix malgré les efforts du gouvernement et de la communauté internationale. Le temps semble venu pour amorcer enfin le dialogue avec les jihadistes. La situation l’exige, il faut ouvrir les négociations avec les Maliens égarés.

Taikiri Yacou

Source : Notre Printemps

Source: bamada.net