Inates, Chinagoder: Après le Mali, le Niger a-t-il pris le relais des attaques djihadistes?

0
19

L’attaque perpétrée par les terroristes à Chinagoder n’a pas fini de révéler ses chiffres. Au Niger, des sources sécuritaires ont confirmé, dans la nuit de samedi à dimanche 12 janvier 2020, que l’attaque perpétrée jeudi contre le camp militaire de Chinagoder a fait 89 morts parmi les Forces de défense et de sécurité. En attendant une communication officielle du gouvernement du Niger, la psychose s’empare des populations.

Les 89 corps de soldats morts à Chinagoder reposent désormais au Carré des martyrs, un cimetière dédié aux vaillants soldats qui se sont illustrés au combat.

En l’absence de tout communiqué officiel précisant le nombre réel de morts et autres portés disparus, les spéculations vont bon train sur les réseaux sociaux. Des acteurs de la société civile et des responsables des partis politiques haussent le ton. « Les Nigériens veulent savoir la vérité sur leurs soldats », écrivent-ils.

En comparant les premiers chiffres officiels des 25 morts annoncés et des 89 enterrés samedi, les Nigériens sont tout simplement dubitatifs. Face à toutes ces interrogations et ces mécontentements, seul le Conseil extraordinaire de la Défense pourra apporter des réponses claires.

Au regard des deux attaques, Inates et Chinagoder, il existe une similarité avec ce qui se passe au Mali. Depuis, beaucoup d’observateurs s’interrogent sur les conséquences humaines. Mais de l’autre, cette menace semble vouloir faire basculer le Niger dans un climat d’insécurité alors que le pays semblait être épargné.

Sur le terrain, le calme est revenu à Chinagoder et à la préfecture de Banibangou. Selon le gouverneur de la région de Tillabéri, des renforts dépêchés sont arrivés sur zone pour parer à toute éventualité. « Les avions de reconnaissance surveillent la zone en permanence », précisent des sources sécuritaires.

K. Komi

LE COMBAT

Source: bamada