Bétisier : Gestion de la Transition : la foire des marchands d’illusion

0
21

Alors que la cravache de la CEDEAO fait couler des larmes de plus de 6 milliards de manques à gagner en moins d’un mois d’embargo, au niveau des recettes des gabelous, et du fait que nos frontières sont devenues une passoire pour les marchandises non dédouanées, et que la popote de la plèbe de nos fabriques est compromise ; des philomans infestent le champ de courses national de poulains essorillés pour le grand prix de la couronne de la transition.Voici votre BÊTISIER du jour.

Gestion de la Transition : la foire des marchands d’illusion

A l’issue de la grande palabre nationale des 10, 11 et 12 septembre dernier, les postes à occuper sont connus de tous. Un Président, un vice-président et un Premier ministre de la Transition, tels sont les postes sur lesquels il faut miser. Donc, les paris sont ouverts et l’on s’efforce de présenter son poulain sous son meilleur jour. Certains de ces postulants qui affichent leur prétention par procuration bénéficient d’un lifting à faire croire qu’ils sortent directement de la meilleure des écuries, alors que beaucoup d’entre eux ne sont plus que des tocards que seuls les losers choisiraient comme des favoris de la course. Ayiwa, que le Peuple des parieurs pardonne pour la qualité des pronostics pour cette course qui n’est pas comme les autres. Mais, voici les chevaux qui ont la cote depuis l’annonce du programme de la course de 18 kilomètres, pardon de 18 mois, en espérant son homologation par l’arbitre sous-régional de la CEDEAO.
Le général Mahamane TOURE, le philoman qui a mis dans la caboche de Moussa MARA qu’à Kidal tout sera strass et paillette, parce que sa mission de précurseur a été un franc succès à l’applaudimètre dans les localités traversées en flèche. Résultat : une tragédie nationale avec le carnage des soldats, des administrateurs et la perte du contrôle de Kidal, pendant que le favori disparaissait du champ de courses.
Moussa Sinko COULIBALY, le Papouni national bombardé général probablement pour service rendu à un candidat à la présidentielle déclaré vainqueur avant l’heure et contre l’avis de l’intéressé qui troque l’uniforme contre la veste, alors que le pays est en pleine guerre antiterroriste, laminé aux dernières élections présidentielles avec le score famélique de 0,9% des suffrages valablement exprimés fait également figure de favori selon certains pronostics. Sauf surprise, on ne devrait pas le voir à l’arrivée.
Modibo SIDIBE, qui bat le record de longévité de commis de l’État aux plus hautes sphères de l’administration, pardon sur les champs de course hippique, selon certains pronostics, lui, il part en pole position. Donc, attention ! Il escomptera un bon parcours et du rythme pour grappiller une belle allocation.
Mamadou Igor DIARRA qui a quitté le Gouvernement de Bourama dans les circonstances obscures est avoiné, lustré. Il n’a pas pu bénéficier d’un bon parcours sur le champ hippique national, mais on peut s’en méfier un peu seulement. Il a le profil d’un bon trouble-fête.
En dehors des favoris, il y a les cracks. Oumar Tatam LY serait un des rares confirmés au niveau de cette catégorie très relevée. Il a un solide point d’appui, sa cote est très haute, il occupe une bonne place à la corde. Sans incident, sa place devrait être à l’arrivée.
Bon, il ne faudrait pas se prendre le vendre de rire en voyant aujourd’hui d’autres tocards sur la ligne de départ de cette course à la couronne nationale de la Transition.
Mais dans cette foire aux candidats à la direction de la Transition, les turfistes refusent de miser sur les super cracks de Kati qui mettront pourtant en place le collège arbitral pour la désignation du lauréat. Drôle de pari non !

Source : INFO-MATIN

Source: bamada