CAMEROUN :: DEFENSE : Affaire Vamoulké : 70 pièces pour contredire encore Bela Belinga :: CAMEROON

0
89

Une ancienne directrice des affaires financières poursuivie de concert avec l’ancien DG de la Crtv pour détournement présumé de plus de 11 milliards de francs sur la base d’un rapport d’audit  décidé d’opposer à l’accusation les pièces comptables des opérations décriées.

Une fois de plus, l’image de l’expert-comptable Belinga Belinga risque peu de sortir indemne du témoignage du 3e accusé de la deuxième affaire qui oppose la Crtv à M. Amadou Vamoulké et consorts devant le Tribunal criminel spécial (TCS). Dans ce procès déclenché par le rapport d’un audit commandé par Charles Ndongo, le successeur de M. Vamoulké à la direction générale de la Crtv, on est à la phase de la présentation des arguments de défense de Mme Ngamva Lucie. Ancienne directrice des affaires financières de la Crtv par intérim, elle répond de trois chefs d’accusations au total en coaction avec son ancien DG et d’autres cadres de la direction financière en poste à l’époque des faits.

Il lui est en premier reproché avec ses coaccusés d’avoir «ordonné des retraits d’un montant total de 525,4 millions de francs sans pièces justificatives à partir de la caisse de la Crtv». Elle répond ensuite, toujours en coaction, d’un prétendu détournement de la somme de 10,6 milliards de francs à travers six opérations «enregistrées comme des sorties de fonds à la Trésorerie générale de Yaoundé», mais qui ne serait pas «retracées dans le livre du compte service financier tenu par la Crtv». Enfin, elle doit se justifier du sort d’une somme de 235 millions de francs «destinée à l’approvisionnement de la caisse de l’office». Une somme retirée des comptes de la Crtv à la CBC et à la Trésorerie générale de Yaoundé, mais qui n’aurait pas laissé les traces, selon l’accusation.

Rapport d’audit…

Mme Ngamva Lucie a décidé de se défendre de toutes ces accusations en présentant aux juges des documents comptables. Ainsi, la dernière audience de ce procès, qui s’est tenue le 13 septembre 2022, a été entièrement consacrée à la présentation et à l’admission de 70 pièces à conviction (sur un peu plus de 100 annoncées) correspondant  aux justificatifs des dépenses qualifiées par l’expert Bela Belinga de détournements. Il aura fallu plus de trois heures pour cela. La suite de l’exercice, qui concerne une trentaine de pièces à conviction, est annoncée pour le 30 septembre, date de la prochaine audience.

Rappelons que dans cette affaire, c’est un rapport d’audit expéditif de M. Isaac Joël Bela Belinga qui sert de socle à l’accusation. Unique témoin de l’accusation dans cette procédure pénale, l’expert-comptable n’avait visiblement pas eu la patience d’attendre que les pièces comptables de certaines opérations financières, qui lui paraissaient irrégulières au cours de son audit, soient rassemblées et lui soient présentées. Il s’était empressé de les déclarer inexistantes. Les débats révèlent tout le contraire aujourd’hui, ce qui est loin de redorer le blason d’un expert-comptable que les deux précédents accusés entrés dans le box qualifient à la fois de malhonnête et d’incompétents, au regard des reproches faits à son travail.

A noter qu’après avoir pondu son rapport qui vaut à M. Vamoulké ce deuxième procès devant le TCS, M. Bela Belinga avait bénéficié d’un juteux marché sans appel à concurrence, sans respect des instructions du ministre des marchés publics au sujet du montant des prestations. Mais son contrat avait été interrompu par une résolution du conseil d’administration de la Crtv du 21 juin 2018 lui reprochant «le non-respect des règles déontologiques, le non-respect des obligations contractuelles et le non-respect des principes de bonne et saine collaboration».

Source: camer.be