CAMEROUN :: Quand L’Africanisme tourne au Racisme :: CAMEROON

0
86

Ce que des camerounais écrivent sur Yannick Noah sous prétexte de soutenir Samuel Eto’o me fend le coeur. Il n’y a rien d’autre à dire ce n’est plus ni plus que du racisme.

NON, les origines ethniques ou raciales d’un individu ne devraoient en aucun cas être le prisme sous lequel on définit une personne encore moins la juger. A lire ce que je viens de lire, il est clair que les camerounais sont racistes. Comment peut-il en être autrement si le racisme n’est qu’une extension du tribalisme désormais décomplexé dans notre pays.

N’y a-t-il donc plus personne dans ce pays pour dire stop? Si diviser était une stratégie politique, il devient de plus en plus sur que après le départ de Paul Biya nous allons devoir ramasser ce pays en lambeaux. 

Si nous avons connu et aimé Samuel Eto’o et Yannick Noah, c’est sur des terrains de sport. D’où vient-il que le fanatisme des supporters se déplace des stades vers la gestion des affaires du football? Ce n’est  pas les partis politiques, ce n’est pas le football lui-même mais plutôt sa gestion qui est devenue le théâtre d’une guerre sans merci entre les partisans de l’un et de l’autre. 

Pendant que les futurs Noah et Eto’o croupissent dans les quartiers sans fans ni supporters? C’est parce que les camerounais sont passionnés par le monde au de la de leurs frontières alors que le leur se meurt, qu’ils focalisent toute leur attention sur ces icônes mondiales qui ont eu le malheur de renter au pays. Deux camerounais qui sont aussi français pour l’un et espagnol pour l’autre dans un pays qui pourtant refuse la double nationalité. Les camerounais se comportent si le monde entier leur devait quelque chose, entendons-nous bien, Yannick Noah ne vous doit rien. 

Incapables d’aller demander des comptes à ceux qui vivent sur votre dos et qui ont juré de vous servir, c’est à Noah que vous demandez de faire quelque chose pour le Cameroun, la question qui se pose à vous est la suivante, le méritez-vous? Voilà un pays où tout le monde veut que son enfant aie une nationalité européenne ou américaine, fait tout pour qu’il intègre les administrations et entreprises françaises, américaines, allemandes … mais eux surplace le système camerounais reste un forteresse inaccessibles aux étrangers et même aux camerounais de la diaspora. 

Comment comprendre cette vision « parasite » de la relation à l’Autre où on reçoit mais on ne donne pas? Sachez que ces pays qui s’ouvrent à vos enfants ne le font pas parce qu’ils ont peur de vous ou parce que vous êtes plus malins, ils le font parce qu’ils ont fait le choix du multiculturalisme comme modernité malgré les replis identitaires et les extrêmes droites. S’il y a une chose avec ces sociétés occidentales loin d’être stupides, ils s’ouvrent à nous africains parce qu’ils veulent s’enrichir de nos cultures.

Ainsi, nos artistes font la tournée des festivals dans leurs pays. Quand nous voulons nous enrichir de l’Occident, c’est pour acheter dans les supermarchés. Pourquoi voyons-nous les choses de cette manière ? Certes, il y a eu la colonisation avec son cortège d’ombres, mais cela ne signifie pas qu’il soit impensable pour nous d’envisager une véritable politique d’accueil de l’autre. 

Les Nigérians ont accueilli les fermiers blancs du Zimbabwe en faisant d’eux des Nigérians, les Ghanéens offrent la citoyenneté aux Afro-américains, les Camerounais sont incapables d’offrir la citoyenneté camerounaise aux Camerounais. Voilà un peuple en roue libre sans direction qui court dans tous les sens comme un poulet sans tête, prisonnier d’un vieux monde fait de jalousie, de haine et d’envie, avec des gens qui ont pris l’habitude de tout faire et de tout faire, de tout dire et de tout dire… n’oublions pas que chaque jour nous ajoutons de nouvelles divisions aux divisions déjà effectives comme la crise anglophone ou la crise post-électorale. 

Si  Eto’o et Noah en arrivent à nous diviser, c’est nous le problème et non pas ce que nous sommes censés défendre à travers leurs noms. Arrêtez ce que vous faites. Le Cameroun ne doit pas se construire contre les autres et encore moins contre nous-mêmes. 

Apprenez à vous inventer un pays.

Source: camer.be