En Guinée les putschistes annoncent la réouverture des frontières terrestres

0
68


.fb-comments,.fb-comments span,.fb-comments span iframe[style]{min-width:100%!important;width:100%!important}

Cette décision du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) relayée dans les médias d’État dans la soirée du lundi 13 septembre sera, selon un communiqué de la junte, adossée à une évaluation immédiate de la situation sécuritaire et sanitaire en vue de l’ouverture graduelle des six frontières limitrophes suivant un calendrier déjà défini.

Selon le calendrier établi, la frontière Sierra-Léonaise devrait être rouverte avant le 15 septembre 2021; la frontière libérienne avant le 16 septembre ; la frontière ivoirienne avant le 17 septembre ; la frontière malienne avant le 18 septembre ; et les frontières bissau-guinéenne et sénégalaise, barricadées unilatéralement par le président déchu, Alpha Condé, respectivement, avant le 20 septembre et le 24 septembre 2021. Ce qui laisse supposer que le nouvel homme fort de Conakry, Mamady Doumbouya, n’opposerait désormais plus de préalables engageant les pays concernés pour la réouverture des frontières avec le Sénégal et la Guinée Bissau.

Arrivé au pouvoir le 5 septembre dernier, le CNRD avait dans sa première déclaration, annoncé entre autres, la fermeture des frontières terrestres (Mali, Sierra Leone, Libéria), celles de la Guinée Bissau, du Sénégal et de Côte d’Ivoire étant déjà fermées.

Par Mamadou Aliou Diallo
Avec FinancialAfrik

Source: connectionivoirienne