Mali-Russie : Soixante ans d’une coopération dense et diversifiée

0
29

Plusieurs de nos cadres ont été formés à l’ex-URSS. Le volume global de crédits qu’il a consentis à notre pays, a atteint environ 285 milliards de Fcfa

Les soixante ans des relations diplomatiques entre le Mali et la Russie ont été célébrées, mercredi, à l’ambassade de la Fédération de Russie au Mali, en présence l’ambassadeur Igor Gromyko, du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Boubacar Gouro Diall et de plusieurs représentants du corps diplomatique.
La salle rectangulaire dans laquelle s’est déroulée la cérémonie était décorée de photos légendées et des lettres diplomatiques qui rappellent les faits marquants de cette coopération bilatérale.

Parmi ces archives, une copie de la lettre d’accréditation du président Modibo Keita, datant de mars 1961, adressée au président du présidium Soviet suprême de l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS). Plusieurs photos de familles immortalisant la présentation des lettres de créances de nos ambassadeurs en Russie étaient également affichées sur un tableau. L’ambassadeur russe a rappelé que seulement trois semaines après la proclamation de l’indépendance de la République du Mali, précisément le 14 octobre 1960, Moscou et Bamako ont établi des relations diplomatiques.

Au cours de ces 60 années, a-t-il expliqué, plusieurs acquis ont été enregistrés dans divers domaines. Il s’agit notamment de la construction des usines, stades, de l’hôpital Gabriel Touré, de l’aérodrome à Gao, des établissements d’enseignement, dont l’Institut polytechnique, l’École supérieure d’administration et l’École de médecine. S’y ajoutent la construction d’un certain nombre d’institutions et l’exécution des travaux géologiques d’envergure.

Selon Igor Gromyko, des milliers d’enseignants, de médecins et d’autres spécialistes soviétiques travaillaient au Mali. Grâce à la collaboration entre nos deux pays, a-t-il indiqué, plus de 10.000 Maliens ont obtenu des diplômes d’études supérieures en Russie. Quant au Centre culturel soviétique de Bamako, il a permis à plus de 5 000 de nos compatriotes d’étudier le russe.

«Avec la dissolution de l’Union soviétique, nos relations avec le Mali, tout comme avec de nombreux autres pays d’Afrique, ont connu un déclin », a reconnu le diplomate russe avant d’ajouter que son pays est revenu récemment sur le continent africain et a mis en place une nouvelle architecture d’interaction avec l’Afrique.

Le Sommet Russie-Afrique et le Forum économique tenu à Sotchi en octobre dernier, à l’initiative du président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, le démarrage des activités en août passé de l’Association russe pour la coopération économique avec les pays africains et la rencontre des ministres des affaires étrangères de la Russie et du Mali en juin 2019 à Moscou sont, selon l’ambassadeur Gromyko, des événements marquants qui donnent un nouvel élan à la coopération avec notre pays. « Chaque année, des citoyens maliens se rendent en Russie pour étudier, notamment les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et celui de la Défense », a poursuivi le diplomatique russe qui s’est dit convaincu qu’il faut accorder une importance particulière aux mesures pratiques pour favoriser la coopération dans le domaine commercial et économique.

Dans son allocution, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a signalé que cet anniversaire consacrait plus d’un demi siècle d’amitié féconde et sincère entre nos deux pays. Au plan bilatéral, a-t-il rappelé, dès l’accession du Mali à l’indépendance, la Fédération de Russie n’a cessé de soutenir le développement socio – économique de notre pays dans les domaines de la défense, de l’éducation et de la formation, des mines, de l’agriculture.

S’y ajoutent la santé ainsi que la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale. Boubacar Gouro Diall précisera que le volume global de crédits consentis par l’ex-URSS au Mali, a atteint 570 millions de dollars américains (environ 285 milliards de Fcfa).

Il a aussi salué « le geste historique» de la Fédération de Russie qui a procédé à l’annulation, en 2003, de sa dette à l’égard du Mali estimée à environ 124 millions de dollars américains (62 milliards de Fcfa environ).Le secrétaire général du département en charge des Affaires étrangères a sollicité l’accompagnement du partenaire russe pour la réussite de la Transition que notre pays vient d’entamer.

Mohamed D DIAWARA

Source : L’ESSOR

Source: bamada