Bataille judiciaire pour le contrôle de la C-SCPC : Le contentieux vidé ce vendredi

0
61

Le 2 septembre 2021, le tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako a pris ses responsabilités en désignant un administrateur provisoire à la tête de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton (C-Scpc).

 

C’est sur un homme expérimenté, après de loyaux services au sein de la Bnda, que les plus hautes autorités ont jeté leur dévolu pour prendre les rênes de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton, suite à la crise de leadership à son sommet, et qui menaçait au passage le climat social ainsi que la campagne cotonnière en cours. Souleymane Fomba, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est un juriste spécialiste des sociétés coopératives.

Cette décision, saluée par le monde paysan dans son ensemble comme en atteste le meeting géant tenu récemment à Koutiala et Béléko, vient mettre un terme à la confusion créée par les Bakary Koné et Togola. Ils se disputaient la présidence de la C-Scpc. La réalité est que ni l’un ni l’autre n’est assez légitime du moins si l’on s’en tient aux termes de la lettre du ministère de la Santé et du Développement social en date du 6 juillet 2021 et les textes de l’Ohada régissant les sociétés.

Les faits

En effet, suite à la tenue, le 5 juillet 2021 à Koutiala de l’Assemblée générale non autorisée et soldée par la mise en place d’un bureau de la fédération régionale des sociétés coopératives de producteurs de coton et vivriers dont Bakary Koné est membre, la ministre Diaminatou Sangaré, dans une lettre, a invité les gouverneurs à veiller à ce qu’aucune opération de renouvellement n’intervienne dans leurs circonscriptions respectives et d’informer les acteurs concernés afin de préserver le climat social. Quant aux textes de l’Ohada, ils ont été violés à la lettre. C’est en tout état de cause ce qui est, selon le Président de Wuujo-co, une association paysanne membre du collectif des producteurs, en lieu et place des coopératives, les membres du bureau sortant, apparemment en panne de popularité, ont préféré que chaque commune soit représentée. Or, le nombre de coopératives diffère selon les contrées.

Malgré la contestation des bureaux mises en place et contre toute entente, les paysans ont appris, par voie de presse, la tenue d’une assemblée élective à Bamako pour choisir un nouveau président de la confédération au mépris des textes de l’Ohada sur les organisations coopératives. Et c’est Bakary Koné qui a été l’heureux gagnant.  Comme si cela ne suffisait pas, les cotonculteurs apprennent que leur ex-président et candidat malheureux à ladite élection controversée, Bakary Togola, s’est également réinstallé dans son fauteuil.

Le nouveau patron de la C-Scpc aura comme mission d’organiser l’assemblée générale élective en conformité avec les textes de l’Ohada en matière de coopératives dans un délai de six mois. Quant à ses pouvoirs, ajoutent nos sources, ils se limiteront à la seule gestion des affaires courantes.

N.D

Source : L’Alerte

Source: mali-web