Koulikoro : sensibilisation des autorités et des leaders religieux sur les violences basées sur le genre

0
179

Le réseau groupe de défense des droits des femmes et des filles de la Région de Koulikoro conduit par son vice président Hussein Cheick Fantamady Diallo a animé samedi à Koulikoro au siège de la Maison des jeunes une journée de plaidoyer sur les violences basées sur le genre. Cette activité était parrainée avec l’appui du Plan international.

L’adjoint du maire Ali Tamboura, la directrice régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille Mme Bocoum Hawa Guindo et les représentants de la société civile étaient présents à cette cérémonie. L’objectif de ce plaidoyer est de sensibiliser les autorités régionales, les services techniques, les leaders traditionnels et religieux, la société civile sur les dangers qui guettent les femmes et les filles dans le cadre des violences basées sur le genre.

Koulikoro est une région où le taux de prévalence des violences basées sur le genre est très élevé. «Par ce plaidoyer, nous voulons interpeller les autorités et la société civile sur ces actes de violences afin de susciter une prise de conscience», a précisé le vice président du réseau Hussein Cheick Fantamady Diallo. Aussi, préconise-t-il, nous souhaitons que les textes juridiques soient plus répressifs, et qu’une loi relative aux VBG soit adoptée.

La Région de Koulikoro, selon les données de l’Enquête démographique et de santé (EDS IV), occupe la deuxième place en terme de mutilations génitales féminines, soit plus de 90%. La proportion de mariages d’enfants, de viols, de violences conjugales, verbales, psychologiques est considérable, selon la directrice régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille de Koulikoro, Mme Bocoum Hawa Guindo.

Compte tenu des activités de sensibilisation que mènent les ONG sur le terrain pour endiguer les VBG, il serait souhaitable que l’état s’engage à adopter une législation pour mettre fin à ces pratiques qui portent atteinte à la santé et aux droits des femmes et des filles, a souligné le vice-président du réseau.

Au cours de ce plaidoyer, la directrice régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille a souhaité que les communautés dénoncent les cas de VBG, que la presse relaye les informations sur les pratiques néfastes et que les autorités prennent leurs responsabilités pour circonscrire ces phénomènes.

Rappelons que le réseau groupe de défense des droits des femmes et des filles de la Région de Koulikoro a été mis en place dans le cadre du projet Spotlight qui est un programme de l’Union européenne, du gouvernement et du Système des Nations unies en vue de mettre fin aux violences faites aux femmes. Le réseau a mené d’autres activités comme les caravanes de sensibilisation, l’atelier de renforcement des capacités sur les VBG.

Le représentant du maire de la Commune de Koulikoro s’est réjoui de l’organisation de ce plaidoyer qui permettra aux autorités religieuses et traditionnelles de prendre la mesure du phénomène. Ali Tamboura a remercié le réseau, l’état et tous les partenaires impliqués dans cette croisade contre ces pratiques néfastes.

Amadou Maïga
Amap-Koulikoro

Source: Essor

Article Koulikoro : sensibilisation des autorités et des leaders religieux sur les violences basées sur le genre apparue pour la première fois sur Bamada.net.

Source: bamada