Le passage de la Cedeao et son communiqué de guerre

0
69

Entre le Premier ministre Choguel Maïga et les émissaires de la Cedeao, c’est manifestement un désamour, que les acrobaties diplomatiques ne semblent pas près de résorber. En séjour dans notre pays, la semaine dernière, dans le cadre d’une évaluation du processus de la Transition, la délégation conduite par l’ancien président Goodluck Jonathan est retourné à Abuja sur une mauvaise note pour le chef du Gouvernement.

 

Et pour cause, les plans sur lesquels reposent la prorogation tant souhaitée par Choguel MaÏga n’ont bénéficié d’aucune ouverture exploitable du côté des émissaires de l’organisation sous-régionale.

Lesquels se sont montrés en revanche intraitables sur la vocation minimaliste de la Transition. Il va sans dire en toute logique que la Cedeao rejette d’un revers de la main la palette de réformes nécessitant une prorogation du délai de la Transition ou du moins sur lesquelles ledit projet repose.

Et ce n’est pas tout, la distance entre le Premier ministre malien et les émissaires sous-régionaux est perceptible jusque dans l’énoncé de la déclaration ayant sanctionné la visite de Goodluck Jonathan dans la capitale malienne. Tenez, pendant que Moctar Ouane – déchu en même temps que Bah N’Daou – mérite le titre d’ancien Premier ministre, le chef du Gouvernement en fonction est désigné par l’appellation «Monsieur Choguel MaÏga».

La Rédaction

SourceLe Témoin

Source: mali-web