Pour un Mali nouveau et prospère : Le Mouvement de la Génération Consciente exprime son soutien à la transition

0
113

«Le Mali : les enjeux d’une transition réussie », c’était le thème d’une conférence débat organisée, le samedi 11 septembre 2021, à la Maison de la Presse du Mali (Bamako) par le Mouvement de la Génération Consciente (MGC). Cette conférence débat était animée par Mohamed Ag Mattou, spécialiste en ingénierie de décision, Zoumana Saïf Koné, expert Trac-Sahel, en présence du président du Mouvement de la génération consciente, Fousseïni Diaby et d’autres personnalités. Au cours de cette conférence débat, les intervenants ont exprimé leur soutien à la transition en cours afin de mettre le Mali sur les rails.

 

Dans ses mots de bienvenue, le président du Mouvement de la génération consciente, Fousseïni Diaby, a expliqué les raisons de la tenue de cette conférence débat. « Tout le monde est au courant des difficultés que traversent les Maliens durant cette période de transition au Mali. C’est au regard de ces difficultés que nous avons souhaité organiser cette conférence débat », a-t-il dit. A cet effet, il a souhaité qu’une solution soit trouvée aux différents problèmes que traverse le Mali. « Il est temps de s’asseoir et de voir ce qui est bien dans la gestion du pays et de redresser ce qui ne l’est pas», a souligné le président du Mouvement.

A sa suite, le premier conférencier, Mohamed Ag Mattou, spécialiste en ingénierie de décision a fait son exposé. « Les gens sont en train de parler de l’organisation des élections, mais ils ne pensent pas à ce qui se passera après les élections. Il ne s’agit pas d’avoir un président démocratiquement élu, mais il s’agit d’avoir d’institutions fortes et après, installer un président à travers ces institutions. C’est de ça qu’on a besoin…On ne peut pas réagir sous pression de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) ou des organismes internationaux. Nous sommes indépendants, nous sommes le Mali. Nous avons nos propres façons de voir les choses et nous avons nos propres réformes qu’on doit faire avant d’aller aux élections », a souligné Mohamed Ag Mattou. Par ailleurs, il a mis l’accent sur l’éducation et la santé. A ses dires, la jeunesse s’inquiète du retour de la stabilité au Mali. Pour lui, la jeunesse doit soutenir cette transition.

Quant au deuxième conférencier, Zoumana Saïf Koné, il s’est appesanti sur la démocratie au Mali. Selon lui, la démocratie se repose sur des piliers comme la bonne gouvernance, la liberté d’expression, l’alternance politique, l’accès à l’eau potable, aux services sociaux de base. Il a fait savoir que le bilan de la démocratie malienne est mitigé. Enfin, il a invité les uns et les autres à œuvrer pour l’épanouissement du Mali.

Répondant aux questions des journalistes, les responsables du Mouvement ont mis l’accent sur la vie chère au Mali et ont, par conséquent, promis d’œuvrer pour le développement du Mali. L’invité de cette conférence débat était le conseiller spécial du président de la transition, Aguibou Assimi Dembélé qui a parlé du Mali. « Le Mali est humilié. Il s’agit de sortir le Mali de l’ornière. Nous devons nous donner la main. C’est une chance inouïe pour poser une bonne base au Mali. L’avenir d’un pays dépend de sa jeunesse. La prolongation ou pas de la transition est un faux débat. Il ne s’agit pas d’une question d’homme, mais d’institution. C’est le peuple malien qui décidera s’il faut prolonger ou pas la transition », a-t-il dit. Le leitmotiv de Aguibou A Dembélé est de « s’unir ou périr ».

Aguibou Sogodogo

Source : Le Républicain

Source: mali-web