Peut-on dire à nos partenaires (Barkhane, Takuba, Minusma, G5 et Eutm) de quitter le Mali sans solution de rechange ?

0
78

La situation sécuritaire étant critique, sans solution de rechange, on ne peut pas dire à nos partenaires (Barkhane,Takuba, Minusma et Eutm) de quitter le Mali au risque qu’une hécatombe ne survienne compte-tenu de l’étendu de notre territoire qui serait difficile à couvrir par nos forces de défense et sécurité et de la dispersion aléatoire des terroristes sur ce territoire en y appliquant une guerre asymétrique. En plus, nos partenaires pourront ressentir un sentiment d’abandon vis-à-vis de nous et un sentiment de frustation. En négociant avec les Djihadistes, une trêve (minimum 18 mois maximum 24 mois) doit être définie au cours de laquelle le retrait éventuel de Barkhane, Takuba , Minusma et de l’Eutm pourra se faire (retrait à négocier avec nos partenaires) graduellement et de façon organisée en fonction des résultats des négociations avec les djihadistes et de la conjoncture sécuritaire.

NÉGOCIATION GLOBALE avec les Djihadistes au MALI et au SAHEL : POUR UNE COOPÉRATION ÉTROITE SOLIDAIRE FRUCTUEUSE ENTRE BARKHANE, TAKUBA, G5  SAHEL  ET LES FORCES NATIONALES AU MALI ET AU SAHEL sans oublier la NÉGOCIATION GLOBALE avec TOUS les Djihadistes AU MALI et au SAHEL.

Lettre ouverte en ligne adressée au Président du conseil de sécurité de l’ONU, au Secrétaire Général de l’ONU, à son représentant spécial au Mali, à la CEDEAO, à la mission de la CEDEAO pour la médiation au Mali, aux membres de la CEDEAO figurant dans le comité de suivi des recommandations, à l’UA, aux présidents des pays du G5 Sahel, au Président du Mali, au Premier Ministre, aux représentants et aux participants du rassemblement du 05 juin 2020, au CSA, au ministre de la réconciliation nationale, de la paix et de la cohésion sociale, au Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, au Ministre des affaires étrangères, au Ministre chargé des réformes institutionnelles et des relations avec la société civile, au Ministre de la défense, au Ministre de la sécurité et de la protection civile, au CNCA, aux partis politiques, à   tous les  Maliens,   à   tous les Partenaires (ONU/MINUSMA, BARKHANE, UA, UE, …), au G5 Sahel, à son secrétariat permanent  et aux médias.

  1. COOPERATION ETROITE SOLIDAIRE ET FRUCTUEUSE ENTRE BARKHANE, TAKUBA, MINUSMA, EUTM ET LES FORCES DE DEFENSE ET SECURITE DU MALI

Ensemble, en étant solidaires, en se synchronisant mieux et en coopérant étroitement dans le cadre d’une responsabilité et d’une sécurité partagées, les résultats sont probants, visibles et bénéfiques pour TOUS (les forces nationales des pays du G5 Sahel impliqués, Barkhane , Takuba, Minusma et Eutm) tout en respectant la légitimité militaire (souveraineté nationale).

Les aspects formation ne doivent pas être déconnectés.

Les éléments précédents sont intégrés dans la stratégie inclusive contre le terrorisme au Mali et au Sahel que Dr Anasser Ag Rhissa avait proposé au G5 Sahel et, Barkhane (France), à la Minusma, à l’Eutm et aux forces de défense et sécurité du Mali.

J’ai l’impression que cette stratégie commence à être appliquée. Mais, elle n’est appliquée que partiellement.

Félicitations pour ce faire (mise en œuvre prometteuse des GATAs (Guetteurs Aériens Tactiques Avancés) pour le renseignement, le guidage et le contrôle, des Unités Légères de Reconnaissance et d’Intervention ULRI 1 et 4 des FAMAs respectivement avec Barkhane et Takuba, …).

Félicitations pour ses appuis au groupement tactique aérocombat désert et à ses hélicoptères Britanniques Chinock et Danois Merlin.

Les résultats probants (opérations bourrasque et éclipse), visibles et bénéfiques pour TOUS (les forces nationales des pays du G5 Sahel impliqués, Barkhane et Takuba) sont au rendez-vous comme en atteste au Mali les larguages à Farabougou (FAMA-ULRI 1 + Barkhane) et les actions conjointes réussies à Boulkessi (FAMA-ULRI 1+Barkhane)  et  à  Indelimane (FAMA-ULRI 4 + Takuba).

Le commandement doit revenir aux forces nationales comme indiqué dans ma stratégie inclusive de lutte contre le terrorisme au Mali et dans la zone Sahel. Comme indiqué dans cette stratégie inclusive la coopération avec les populations et leur implication doivent être mises en avant.

Il serait judicieux de mettre en œuvre le mécanisme de suivi-évaluation et de redévabilité que j’avais proposé. Il va de pair avec cette stratégie.

Plusieurs lettres ouvertes en ligne intégrant cette stratégie ont été rédigées par mes soins.

L’orientation militaire n’empêche pas de négocier avec les Djihadistes. Tout apaisement et la trêve qui devrait être négociée au préalable seront profitables.

Depuis 2012, j’avais proposé la négociation entre le Mali et les Djihadistes. En février 2020, après l’annonce d’IBK de vouloir négocier avec les Djihadistes, j’avais écrit pour le féliciter et rappeler mes propositions précurseurs faites en 2012 à la CEDEAO et au Mali.

Le 04 septembre 2012, SEM le Président Malien, Dioncounda Traoré, m’avait écrit pour me féliciter et pour me demander de lui envoyer mes propositions, ce que j’avais fait

Depuis bien avant le dernier voyage de SEM Jean Yves le Drian au Mali, je disais que la NÉGOCIATION entre le Mali et TOUS les Djihadistes (pas seulement le GSIM car les autres vont perturber la négociation : les affrontements récurrents entre GSIM et EIGS constituent des Préludes à cette perturbation) SERA JUDICIEUSE. Je disais que Barkhane profitera de la durée de la trêve (à négocier) pour se retirer graduellement du Sahel.

Le prochain sommet entre la France et le G5 Sahel OU BIEN la rencontre régionale en février 2021 devra être l’occasion de l’annoncer et commencer à s’y préparer.

  1. NEGOCIATION GLOBALE

POUR UNE COOPÉRATION ÉTROITE SOLIDAIRE FRUCTUEUSE ENTRE BARKHANE, TAKUBA, G5 Sahel  ET LES FORCES NATIONALES AU MALI ET AU SAHEL sans oublier la NÉGOCIATION GlOBALE avec TOUS les Djihadistes AU MALI et au SAHEL.

Cette négociation GLOBALE doit se faire sous l’égide de l’ONU, UA, CEDEAO et les pays du G5 Sahel dont le Mali. Les partenaires doivent y prendre part.

  1. FORMATION ET RENFORCEMENTS DE CAPACITES

La formation et les renforcements de capacités doivent être adaptés au contexte et doivent intégrer des professionnels de Takuba , de la Minusma, de l’Eutm, du G5 Sahel et des forces de défense et sécurité du Mali, qu’il  faudrait faire venir au centre de formation pour les concepts et pour les aspects pratiques aller sur le terrain des opérations avec les apprenants.

Plusieurs allers-retours doivent être envisagés.

  1. CONCLUSION

Ensemble, avec nos partenaires, Barkhane,Takuba , Minusma et Eutm, nous y arriverons en utilisant la stratégie inclusive de lutte collective contre le terrorisme proposée par Dr Anasser Ag Rhissa.

Les citoyens et les communautés sont au centre de cette stratégie ET constitue une force à part entière coopérant avec les forces en présence.

Dr Ag Rhissa
Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

Source: bamada