Le gouvernorat du kef se vide de sa population à un rythme frénétique

0
80




L’Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives (ITCEQ) vient de publier un rapport intitulé « Tableau de Bord Social : Tendance Régionale de l’inclusion sociale ».

Le rapport s’est intéressé aux enjeux de l’intégration régionale en Tunisie à travers une analyse qui s’est basée sur les caractéristiques démographiques, économiques et sociales des gouvernorats. Au volet social, l’accent a été mis sur les questions du chômage, de l’éducation, de la pauvreté et de la santé.

Selon le rapport, l’inclusion sociale constitue un facteur significatif intervenant dans le développement des sociétés, cette notion est liée aux processus d’insertion sociale et d’intégration économique, et à la recherche de participation sociale, culturelle et civique des personnes et groupes sociaux, indique l’institut tout en assurant que l’émergence d’une nouvelle société rend nécessaire la révision et la mise à jour de l’inclusion sociale comme référent normatif et comme projet politique.

Néanmoins, le rapport de l’ITCEQ révèle plusieurs indicateurs démographiques au niveau des gouvernorats qui expliquent largement leur position socio-économique.

Selon le rapport, les caractéristiques démographiques des gouvernorats sont appréhendées à travers leurs accroissements démographiques, leurs structures de la population par âge, par genre, par ménage et par densité kilométrique. En 2019, il est à signaler qu’aux gouvernorats de Tunis et de Sfax il a été recensé plus qu’un million d’habitant chacun. Le rythme d’évolution de la population, mesuré par Le taux d’accroissement démographique par gouvernorat entre 2011 et 2019, varie entre -8.7% au gouvernorat du Kef à 37.7% au gouvernorat d’Ariana.

La baisse de la population du gouvernorat du Kef à un rythme frénétique interpelle, à plus d’un titre.

Et pour cause, selon les données de la carte de pauvreté de l’Institut National de la Statistique (INS) publiée en septembre 2020, le gouvernorat du Kef comporte 12 délégations. Il est situé au nord-ouest avec une zone limitrophe de 127 km avec l’Algérie. Il a une vocation agricole, et les superficies agricoles utiles exploitées représentent environ 483 300 hectares, dont 16 000 sont irriguées. Il est doté de 31 sites de réserves en substances utiles et de réserves importantes en phosphate.

Le Kef affiche, d’après les chiffres de l’INS, le deuxième taux de pauvreté le plus élevé du pays, à hauteur de 33,1%, encouragent la population à migrer vers d’autres gouvernorats plus riches. Le taux de croissance démographique (2004-2014) est négatif estimé à -0,62. Les délégations de Nebeur (45,4%), Sakiet Sidi Youssef (39,7%) et Dahmani (38,4%), qui affichent les taux de pauvreté les plus élevés, se caractérisent par les taux d’abandon scolaire les plus importants.

Au niveau économique, le gouvernorat du Kef qui est une région à vocation strictement agricole, ne dispose pas d’une infrastructure adéquate en matière de diversité sectorielle. Sa participation à la production agricole nationale est estimée de 10% de céréales, 3,4% de laits et environ 7% de viandes rouges. Le potentiel du gouvernorat permet largement de mieux faire.

Le gouvernorat dispose de ressources importantes de substances utiles (marbre, argile, sable…) à côté du secteur des mines qui sont presque non exploitées mais ne dispose que de trois zones industrielles qui couvrent 55,5 Ha seulement et ne permettent pratiquement pas de soutenir le développement de la région.




Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!





Source: tunisienumerique